JCVD présentation du film

Ce film du genre comédie et action réalisé par Mabrouk el Mechri est sorti le 04 juin 2008 dans les salles françaises. Il affiche comme acteurs principaux :Jean-Claude Van Damme, Valérie Bodson, Karim Belkhadra et plus. Le métrage d’une heure 36 mn de nationalité belge, française et luxembourgeoise est distribué par Gaumont Production.

Résumé du film JCVD

Entre les périodes difficiles de son cinéma d’action, le procès pour l’obtention de la garde de sa fille, Jean Claude Van Damme décide de revenir dans son pays d’enfance, la Belgique, pour chercher le calme qu’il a perdu aux États-Unis. Mais l’ennui le poursuit encore car il devient victime d’une prise d’otage dans un établissement public. Le policier l’ayant aperçu de l’extérieur se méprend et le croit comme le cerveau de la prise d’otages. Cette confusion a provoqué l’emballement des médias. Face à la situation, les deux malfaiteurs décident d’en profiter et demandent une rançon importante à Jean-Claude van Damme. Ce dernier se retrouve alors dans la solitude angoissante, différent des rôles qu’il assume régulièrement dans ses autres films. Pendant la diffusion des scènes qui le couvre de ridicules avec ses fans criant son nom, son entourage proche lui demande de se rendre, et son avocat dégoûté par la mauvaise publicité abandonne l’affaire. Il est alors laissé seul avec son image ternie par les médias, avec l’artificialité de son personnage et avec la vérité.

jcvb-avis-film

Avis et critique du film JCVD

Le thème de ce film de l’homme musclé du Bruxelles parle d’un homme qui a fait infraction à la loi. L’incident fait tache sur sa carrière, il nuit à sa vie personnelle, à  ses compétences en arts martiaux, à sa stabilité financière et surtout à son image. Pris dans cette crise d’otages incompris, l’acteur joue à fond son rôle tandis que les téléspectateurs ont droit  à un film étrange et touchant dans sa quête mystique. Après avoir visionné cette dissection sans pitié de l’analyse du  vrai-faux portrait de JCVD, il est naturellement assez difficile d’imaginer de nouveau l’acteur dans son rôle de soldat universel. Il présente ici une autre facette de sa personnalité et un autre talent qu’on n’a pas encore vu. Un acteur doté de drôlerie, de finesses, capable de faire d’autodérision, maladroit mais attachant. En outre, côté scénario, le film n’est pas avare de rebondissements. Par ailleurs, la mise en scène est assez aboutie malgré quelques plans séquences brouillons. Le film s’ouvre avec Van Damme sortant d’un immeuble qui atterrit dans un champ au beau milieu d’un combat. Le montage filmé avec la caméra à l’épaule permet de faire croire que c’est la star l’auteur de braquage. Les scènes sont projetées sous différents angles à travers le scénario qui avance puis revient en arrière. Un autre plan- séquence marquant du film est l’aveu de JCVD devant la caméra, une sorte de remise en question. Côté dialogue, ils sont bien écrits quoique assez simples agrémentés d’une musique agréable. Cependant, les amateurs de films d’actions de JCVD ne trouveront pas ce film à leur goût, car celui-ci a un scénario complètement décalé quoique réaliste mais manquant quand même de peps.