La Corée du Nord tire un missile au-dessus du Japon

C’est un nouveau tir de missile que la Corée du Nord a tiré le mardi 29 août. C’est un de plus et déjà le quatrième auquel le régime de Pyongyang procède en moins d’une semaine, faisant fi des pressions internationales et affirmant sa puissance de frappe.

Un missile survole de près le Japon

Les précédents avaient sombré en mer du Japon, cette fois ce missile d’une portée de près de 3000 kilomètres serait passé juste au-dessus de l’archipel nippon et de l’île d’Hokkaido avant de tomber dans l’océan Pacifique sans faire de dégâts. A cette provocation, le chef du gouvernement japonais a souhaité réagir de toute urgence. Shinzo Abe va alors déclarer : « Le tir inacceptable d’un missile au-dessus de notre pays représente une menace grave et sans précédent. Il nuit considérablement à la paix et à la sécurité. Le Japon prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de sa population ». A la demande de Tokyo et de Washington, le sujet brulant de la Corée du Nord sera à l’ordre du jour d’une réunion d’urgence du conseil de sécurité de l’ONU qui se déroulera peu de temps après ce quatrième tir en peu de temps. Pour autant, le leader nord-coréen Kim Jong-Un semble bien décidé à poursuivre le bras de fer. Peut-être avait-il été piqué au vif par les propos de Donald Trump il y a de cela quelques jours. Le président américain déclarait alors : « Certains disent que j’y suis allé trop fort, mais non, rien n’est jamais trop fort, car pour Kim Jong-Un je prends en considération le fait que je le crois. Il commence à nous respecter ». Visiblement, le président Trump s’était réjoui un peu trop tôt.

missile-coree-du-nord

Quel est l’objectif de la Corée du Nord avec le tir de ce missile ?

Le premier objectif, il est politique. Il s’agit d’une protestation contre les exercices militaires massifs organisés en ce moment même par la Corée du Sud et les États-Unis. Le dirigeant nord-coréen va donc pouvoir se servir de ces exercices comme un moyen de communication et de propagande en interne afin de mobiliser sa population derrière lui. Mais il y a aussi un objectif technologique. En effet, les récents tirs nord-coréens avaient eu des trajectoires en cloche, des trajectoires très élevées pour éviter de survoler les territoires des pays voisins. Le dernier tir de missile s’est à quant à lui déroulé dans des conditions opérationnelles, qui permettent notamment de tester des technologies et de voir la capacité à rentrer dans l’atmosphère d’une ogive. On peut donc affirmer que tir après tir, la capacité de dissuasion de la Corée du Nord continue de progresser. Car avec un missile capable de faire plus de 500 kilomètres, soit quinze fois plus que lors des précédents essais, le pays démontre sa faculté à apprendre vite. Il devient alors une réelle menace à l’échelle internationale et le contexte est plus que jamais tendu entre le Japon, les États-Unis, la Corée du Sud et leur ennemi commun, la dictature nord-coréenne.